Survivre. Seul ou en groupe ?

Une question théorique commune et amusante que vous entendrez surgir parmi les prepers, les tireurs, les hommes aimant la nature, etc est : « Qui voulez-vous avec vous après ou pendant l’apocalypse ? » Parmi les favoris de la foule, il y a divers personnages fictifs, une escouade d’élite militaire ou une armée de robots tueurs. Ou Chuck Norris, bien sûr.

Closeup photo of stylish bearded traveler staring through binoculars. Double exposure, beautiful mountain landscape background. Made in vintage style.

Cette joyeuse question n’en est pas moins sérieuse : qui allez-vous emmener avec vous ? Ou allez-vous tenter votre chance tout seul ? Pourquoi devriez-vous faire confiance à quelqu’un d’autre que vous-même ? Quand la montgolfière s’élèvera, ferez-vous face à la tâche sinistre qui vous attend avec votre esprit, vos compétences et votre détermination ?

Certains d’entre nous n’auront guère le choix dans ce domaine. Beaucoup d’entre nous ont des familles, des êtres chers ou des personnes à charge dont nous sommes et serons responsables. D’autres ont des amis proches, comme 3 heures du matin, avec qui nous allons tenter notre chance. D’autres encore auront choisi leur destin avec un groupe de personnes aux vues similaires, rassemblées pour la promesse d’une aide mutuelle.

Cet article vous aidera à réfléchir à la dynamique sociale et situationnelle de la survie au sein d’un groupe plutôt que d’y aller seul. Chaque voie a ses avantages et ses inconvénients. Si vous disposez d’une marge de manœuvre dans votre réponse à une crise particulière, votre statut influencera fortement la réponse que vous aurez choisie. Les variables sont significatives. Commençons tout de suite.

La famille d’abord

The first steps of the baby. A happy family.

Toute désinvolture mise à part, si vous lisez cet article et que vous avez une famille, un mari ou une femme et des enfants, alors vous êtes leur premier intervenant et leur capitaine. C’est à vous d’assurer leur survie et leur bien-être. Vous devez agir comme s’il n’y avait pas de cavalerie à venir ; il n’y en a peut-être pas.

Votre famille influera sur votre planification à peu près de la même façon que n’importe quel groupe. Les principes du leadership et de la gestion du personnel s’appliquent tous. Vous devez vous préparer en fonction de leurs capacités et de leurs besoins individuels, dont nous discuterons en détail dans la section suivante. Le premier de vos préparatifs doit consister à cultiver une culture familiale forte, une culture dans laquelle les membres de la famille travaillent tous ensemble pour le bien de la famille. Chacun, de l’enfant à l’aîné, a quelque chose à apporter.

L’autre chose à laquelle vous devez vous préparer, en tant que chef, c’est que certains d’entre eux peuvent ne pas survivre au début ou à la durée d’un événement ou d’une catastrophe majeure. Si l’un de vos proches meurt, peut-être horriblement, aurez-vous le courage et la détermination d’aller de l’avant pour les survivants ? Ils comptent sur vous. Le désespoir et la panique sont contagieux. Tout comme la joie. Tu devras garder ton chagrin pour une autre fois. Il faut donc faire preuve d’une grande prévoyance.

Séjourner à la maison ou partir ?

Un facteur important qui peut influer sur votre décision de faire cavalier seul ou de demander de l’aide mutuelle est de savoir si vous avez l’intention ou non de rester ou de fuir vers une propriété familiale, une enceinte ou un endroit semblable afin d’échapper à tout désastre qui pourrait survenir dans votre chemin. La gestion et la protection d’une grande propriété familiale ou d’un grand complexe exigent souvent plus de main-d’œuvre qu’une personne seule ne peut en rassembler.

Si vous planifiez une vie de soutien à long terme en utilisant les ressources renouvelables qu’une ferme ou une propriété familiale peut vous fournir, vous feriez mieux de prévoir avoir au moins quelques personnes pour vous aider à le faire. Si vous êtes sur une plus grande propriété familiale ou un plus grand complexe, les préoccupations de sécurité à elles seules rendront le personnel supplémentaire presque obligatoire.

Inversement, un petit abri plus petit, bien caché et bien garni de provisions deviendra rapidement claustrophobe et insupportable s’il est boutonné avec un groupe de toute taille.

Les gens ont besoin d’un certain espace pour eux-mêmes, et c’est plus que les 3 pieds de l’espace personnel que la société polie proscrivent à court terme. Une réserve bien remplie de nourriture, d’eau et de médicaments, qui peut durer longtemps pour une ou deux personnes, s’épuisera avec une rapidité effrayante si elle doit être approvisionnée 3 ou 4 fois plus souvent.

Si vous avez déjà établi l’un ou l’autre, un trou de boulon pour l’un ou l’autre, ou une propriété assez grande pour une famille ou deux, et que votre stratégie de groupe actuelle n’est pas idéale ou incompatible, vous devriez changer votre planification en conséquence.

Dynamique de groupe

Cycling race

Lorsque vous planifiez de survivre à une crise dans un groupe, vos actions tourneront autour de qui vous êtes dans le groupe. Si vous êtes le chef officiel ou de fait, même d’un groupe de deux, vous aurez la responsabilité de vous assurer que tous les plans, provisions et équipements sont établis de façon appropriée et en quantité suffisante pour soutenir votre groupe pendant toute la durée de la crise.

La nourriture, l’eau, les soins médicaux, les armes, le transport, les itinéraires, les menaces anticipées, tout cela devra être pris en compte. Les compétences et aptitudes individuelles doivent être prises en compte dans vos calculs. Votre planification s’articulera autour du membre le plus lent ou le moins capable du groupe, comme pour n’importe quoi d’autre.

Si vous n’êtes pas le leader, ou si vous n’êtes qu’un membre d’un collectif (mieux décrit comme un rassemblement d’individus grossièrement alignés dans le même but) ou d’un groupe d’entraide (GAM – un groupe formalisé de personnes aux vues similaires, engagées dans un objectif de survie précis, souvent avec des exigences plus strictes et discriminatoires) vous serez responsable des tâches qui vous sont confiées en fonction de votre appartenance à ce groupe.

Vous devez également vous efforcer de garder votre équipement personnel et vous-même en parfait état avant l’événement. Ne soyez pas « Ce Guy/Gal. » Si vous êtes l’incompétent, le fardeau qui ralentit tout le monde, l’inadapté qui a constamment besoin de correction et d’assistance, vous devez vous sortir la tête du cul et vous améliorer, de peur de vous retrouver exilé.

Voyager en groupe présente des avantages et des défis : toute tâche ou tout obstacle de quelque nature que ce soit est souvent plus facile à gérer avec le travail, les compétences et l’équipement supplémentaires qu’un groupe peut fournir. Des individus ou des groupes potentiellement menaçants, des prédateurs plus petits ou moins ambitieux peuvent très bien se tenir à l’écart de votre groupe d’apparence compétente, surtout s’il est visiblement armé. Les groupes simplifient certains aspects logistiques, comme les rotations de travail ou de quart, les remplacements en cas de maladie, de blessure ou de course et les compétences redondantes ou polyvalentes dont on peut faire appel en cas de perte d’un membre.

Les inconvénients de l’activité de groupe comprenaient une augmentation considérable de la pression sur les consommables, de la nourriture et de l’eau aux bandages et aux munitions. Les groupes plus importants sont beaucoup plus difficiles à déplacer discrètement et silencieusement, que ce soit à pied ou en voiture. Les prédateurs plus audacieux ou plus agressifs peuvent considérer votre groupe comme une récompense qui vaut la peine d’être attaquée, en raison du plus grand potentiel de butin qu’il y a à avoir.

Inversement, un groupe, quelle que soit sa taille, peut être plus intimidant pour des groupes ou des individus plus petits et neutres, et peut entraîner une tension sur les relations. Toute négociation sera porteuse de la promesse tacite d’une plus grande force de la part d’un plus grand nombre si les choses tournent mal ; tout le monde craint d’être mis sur un pied d’égalité.

Les personnalités commenceront à se râper avec le temps, voire à s’affronter. Les relations interpersonnelles doivent être gérées avec soin pour prévenir les mutineries. La première fois que vous voyez comment un membre gère le stress, le manque, la douleur ou l’adversité ne doit pas être un événement en direct. Un effondrement émotionnel peut facilement mener à des dominos de catastrophes : un cercle en spirale d’hostilité, voire de violence.

Si la cohésion s’effondre complètement, le groupe se fracturera. Le leadership est une compétence composite, mais une partie de celle-ci peut être apprise et entretenue. Un médiateur impartial peut résoudre un conflit qui couve avant qu’il ne s’enflamme dans une bagarre ou une hostilité pure et simple.

La qualité des membres du groupe et votre relation avec eux auront un impact considérable sur la cohésion et la performance du groupe. Si le groupe est composé de membres de la famille, d’amis proches, de voisins ou de toute autre personne avec qui vous avez passé beaucoup de temps et avec qui vous avez tissé des liens étroits, vous et eux serez beaucoup plus susceptibles de bien travailler ensemble et de faire un effort maximal.

Si votre groupe est un GAM, évaluez soigneusement les rouages des processus d’intégration et de sélection du groupe, ainsi que les performances et le sérieux de ses membres : les membres se connaissent-ils tous, sont-ils simplement voisins ? Dans la négative, quel est le point commun ? Sont-ils de la même communauté, de la même église, de la même profession ? La formation, le travail en détail et l’établissement d’une camaraderie sont-ils des tâches organisées avec ou sans séances planifiées ?

A quoi ressemblent les statuts, les normes et les règlements du groupe ? Quelles sont les sanctions en cas d’infraction ? Comment est-elle organisée ? Qui prend les décisions et règle les différends, un comité, un vote ou un édit de direction ? Comment et pourquoi limitent-ils ou refusent-ils l’adhésion ? Permettront-ils aux personnes ayant des antécédents criminels ou des antécédents de turpitude morale ?

Les réponses à ces questions vous diront tout ce que vous devez savoir sur la trajectoire du groupe. Un groupe de farceurs paresseux, apathiques et pleurnichards qui parlent des tonnes de boutique et se tapent dans le dos sont soit des imbéciles, soit des hobbyistes. Un groupe qui permet à n’importe qui, indépendamment de ses performances ou de ses capacités, sera soit une bande d’imbéciles impuissants, soit une foule.

Pire encore, un groupe qui permet, et même attire ceux qui ont des veines méchantes et des antécédents criminels, avec des postures sur « la loi de la jungle » et « le fort seul survivra » a toutes les caractéristiques d’un gang naissant, et deviendra selon toute probabilité, dès que la fumée se mettra à monter, une véritable brigande. Vous ne voudriez sûrement pas être associé à l’un d’entre eux.

Cependant, un GCM qui a des normes d’entrée et de maintien des membres, un bon leadership, une bonne organisation, une bonne vision et qui compte une grande variété de métiers spécialisés et d’expertise dans ses rangs aura autant de chances de surmonter la crise d’un monde post-FSSHTF, à court et à long termes.

Les étrangers peuvent devenir des amis rapides, même des membres de la famille de substitution, lorsqu’ils s’engagent sincèrement dans un but commun et mutuel. Un MAG qui n’admet avec soin que des préparateurs sérieux de haute qualité, des compétences précieuses et même du tempérament est un groupe que vous avez tout intérêt à rejoindre si vous en êtes capable.

Votre planification et votre équipement seront beaucoup plus simples si vous n’avez à vous soucier que de vous. Vos calculs pour la nourriture, l’eau, les munitions et tous les autres consommables seront grandement simplifiés. Vous pouvez vous déplacer plus rapidement et plus silencieusement qu’un groupe.

Zirvenin huzuru

Le comité ne réagira pas aux nouveaux renseignements ou aux situations d’urgence, et l’exécution sera plus rapide. Vos progrès et vos horaires de travail et de déplacement seront déterminés par vos propres capacités et équipements, rien de plus. Cela va dans les deux sens.

Une personne seule n’aura pas d’yeux supplémentaires pour surveiller ses arrières, pas de mains supplémentaires pour l’aider à travailler ou à transporter de l’équipement, et personne pour l’aider ou le guérir si elle tombe malade ou se blesse. Une blessure relativement minime et insignifiante qu’un groupe ne peut accommoder ou contourner pourrait être un arrêt de spectacle et, par conséquent, entraîner la mort d’un préposé à la préparation solo. Il faut faire preuve d’une grande prudence pour prévenir les incapacités causées par des blessures ou des maladies.

En l’absence d’autres personnes pour combler les lacunes dans les compétences et les connaissances, le survivant seul se limitera aux connaissances, à l’expérience et aux compétences qu’il possède déjà, ainsi qu’aux manuels et aux textes techniques qu’il possède à titre de référence. Les guides pratiques sont formidables, mais rien ne remplace l’expérience et l’expertise dans une discipline donnée.

Les prédateurs, surtout en groupe, trouveront facilement une personne seule, car les lacunes dans leur conscience sont plus nombreuses et plus faciles à exploiter. Un nombre supérieur à lui seul s’avérera insurmontable pour la plupart des gens lorsque les mensonges cèdent la place aux coups de feu, et à moins d’une disparité extrême dans les armes, le positionnement, les compétences ou un autre facteur x, cela signifie souvent la mort, ou une incapacité suivie de la mort.

La confiance, c’est bien, mais l’orgueil est fatal : vous êtes Superman, John Wick ou The Hulk jusqu’à ce qu’on vous tire dessus, qu’on vous poignarde ou qu’on vous écrase ; alors vous ne faites que pourrir la viande en désintégrant l’os.

D’un autre côté, une personne seule peut avoir plus de facilité à traiter avec des parties neutres, en particulier les petits groupes et les individus en raison d’un profil de menace réduit. Attention, vous ne pouvez pas arborer le look de Wasteland Marauder™ et vous attendre à être traité à bras ouverts, mais en supposant que vous regardiez et agissiez respectueusement, vous irez probablement plus loin qu’un parti qui présente des émissions similaires.

Si l’on se déplace, en particulier dans des zones inconnues mais occupées, les compétences sociales et personnelles resteront cruciales, même après une catastrophe majeure. L’humanité perdure, alors apportez vos manières et votre empathie avec vous.

Seul, tu n’auras pas à supporter ton agaçant compagnon Bill, mais tu devras supporter quelqu’un d’encore pire : TOI. C’est exact, l’homme ou la femme dans le miroir, et toutes les voix dans votre tête. Les gens sont des organismes sociaux, et nous sommes affectés par les gens qui nous entourent, soulevés ou déprimés.

Admets-le, tu n’es peut-être pas de bonne compagnie, surtout pour toi-même. De nombreuses personnes, seules, bien pourvues, ont été retrouvées après une situation de crise ou de catastrophe qui s’est suicidée ou qui est simplement décédée dans un état de stress, de désespoir ou de chagrin croissant.

Ne présumez pas que parce que vous avez mis une tonne de nourriture, d’eau, d’équipement et ainsi de suite, et pratiquez vos compétences lorsque le soleil brille et que vous avez une séance d’extase de Game of Thrones à attendre plus tard avec impatience que vous serez prêt à aller dans une crise.

L’énormité sombre et terrifiante d’une catastrophe de haut niveau ou d’une catastrophe régionale peut faire voler en éclats la confiance en l’équipement et la  » formation  » qui s’impose au quotidien. Ayez un cœur à cœur sérieux avec vous-même. Mettez-vous, de plein gré, à l’épreuve de la volonté et du courage. Ce n’est qu’alors que vous aurez une idée de ce dont vous serez capable.

Votre esprit est votre première arme, votre premier outil et votre premier compagnon. Si elle est déficiente dans n’importe quel domaine, elle sera un point faible majeur, une fissure qui se développera avec le stress et l’épreuve jusqu’à ce que ce soit un cratère qui bloque la raison et la pensée claire. Ne le négligez pas.

Ligne du bas

L’auteur est d’avis que, bien que des individus isolés, robustes, exceptionnels ou chanceux aient survécu à des catastrophes et à des crises continues aux conséquences et aux effets terribles, ils sont beaucoup plus nombreux que le nombre de personnes isolées qui ont péri dans des circonstances similaires. Dans une vraie catastrophe, seul un groupe ou même des gens réunis par hasard et travaillant pour un but commun, auront la main-d’œuvre, l’étendue des compétences et la redondance nécessaires pour assurer leur survie et leur longévité. Il y a tout simplement trop de choses qui peuvent se produire pour sceller le sort d’un survivant solitaire, mais qui pourraient être évitées ou évitées par une bande de compatriotes cohésifs, bien formés et loyaux, qu’ils soient parents ou non.

Cela ne veut pas dire que si vous êtes un préparateur solo, vous devriez abandonner votre plan d’autosuffisance, surtout si vous vous abritez seul sur place, pour chercher un groupe ou commencer à faire participer vos amis et votre famille au programme. Votre situation peut être unique et m’empêche donc complètement d’analyser vos critères d’équipement et de prise de décision.

Si la catastrophe à laquelle vous êtes confronté est d’une portée limitée, que ce soit dans le temps ou dans l’espace, vous pourriez facilement endurer ou vous échapper tout seul, sans le moindre accroc. Comme nous l’avons vu plus haut, vous aurez des avantages par rapport aux groupes, dont le moindre n’est pas votre temps de réaction supérieur : la nécessité de communiquer et de prendre rendez-vous avec les autres membres du groupe peut être longue, voire impossible, selon le type et la soudaineté de l’événement. Vous n’aurez pas ce problème, et à moins d’avoir envie d’être le Bon Samaritain, vous pouvez charger et partir à la première bouffée d’ennuis si vous choisissez.

Conclusion

Si vous avez une famille, votre groupe de survie est surtout choisi pour vous. Pour n’importe qui d’autre, vous avez plus de discrétion dans qui, si quelqu’un, vous choisissez de dépendre pour résister à  » frapper l’éventail proverbial « . Un groupe de personnes sérieuses, engagées et compétentes est un atout énorme, mais vous feriez peut-être mieux de tenter votre chance seul si vous n’avez pas le choix, mais un groupe de personnalités qui n’ont pas les mêmes relations et qui n’ont pas le cœur à la bonne place.

Quel que soit votre choix, assurez-vous de comprendre les défis uniques de chaque approche et préparez-vous à les relever en conséquence.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *