Comment trouver de l’eau

L’eau potable figure en bonne place sur la liste de contrôle de survie, juste après les abris.  La fragilité du corps humain signifie qu’il ne peut survivre qu’un jour ou deux, peut-être moins, sans eau propre à boire.  L’eau est nécessaire pour réguler la température du corps et permettre une performance physique maximale.

traveler looking across the river to mountain

Sans aucun doute, dans le cas d’une catastrophe naturelle ou d’un naufrage dans la nature, il y aura peu ou pas d’eau.  C’est pourquoi il est important pour vous de sortir des sentiers battus et de vous familiariser avec les différentes méthodes de recherche d’eau.

Plus important encore, ne vous reposez pas avant d’avoir trouvé une sorte d’eau potable –  » la procrastination est le voleur du temps  » et le temps est le voleur des précieuses ressources de votre corps.

La nature, de diverses façons, nous fournit l’essentiel nécessaire à notre survie.  Le bon sens, l’observation attentive, la créativité et un esprit clair et ouvert sont les outils sur lesquels vous devrez compter face à un tel danger.

Eau de surface

L’étape la plus évidente, si vous vous retrouvez bloqué sans eau potable, est d’essayer de localiser une source d’eau de surface à proximité.  Les lacs, les rivières ou les ruisseaux d’eau douce sont les endroits les plus susceptibles d’être situés dans des vallées ou des terres basses.

Blue water background

D’abord, scannez physiquement la zone.  La plupart des cartes topographiques montrent les sources d’eau, ou du moins les terres basses, mais en l’absence d’une carte, positionnez-vous à un point d’observation élevé – peut-être un terrain élevé ou une cime d’arbre – et scannez visuellement la zone à la recherche de signes d’eau ou de terre humide.

Prenez note des zones de végétation luxuriante ou des lignes d’arbres sur des terrains autrement herbeux. Ceci indique la présence d’eau, qu’elle soit courante ou souterraine. La présence d’animaux est un autre indice fiable – ils auront une sorte de source d’eau qu’ils fréquentent.

Les traces d’animaux convergentes, les essaims d’insectes et les trajectoires de vol des oiseaux concordantes indiquent très probablement une source d’eau voisine d’une certaine description.  Les abeilles sont un excellent indicateur – leurs ruches sont toujours situées dans un rayon de 3 à 5 milles autour d’une source d’eau.

L’eau recueillie en surface peut être contaminée et doit, dans la mesure du possible, être soumise à un processus d’épuration.  Filtrer l’eau à travers un chiffon éliminera les sédiments et améliorera le goût, tandis que bouillir l’eau est un moyen sûr de tuer les micro-organismes nocifs.  Cependant, ni l’un ni l’autre de ces procédés n’élimine le sel ou la contamination chimique.

Certaines façons d’éliminer les produits chimiques dans l’eau sont :

comprimés de purification (qui devraient être inclus dans votre trousse de survie)

L’ajout d’une petite quantité de teinture d’iode ou d’eau de Javel.

bleaching table wiper

S’il n’y a absolument aucune autre option, l’eau peut être purifiée à l’aide de rayons UV.  Recueillez l’eau dans des bouteilles en plastique transparent (enlevez toutes les étiquettes) et exposez-la au soleil pendant une journée complète, ou deux jours si le temps est nuageux.  C’est une méthode qui vous permettra de purifier beaucoup d’eau en une seule fois.

Eau souterraine

Un sol boueux ou humide peut être une bonne indication que l’eau est facilement disponible.  En creusant un trou d’une profondeur et d’une largeur d’un pied, vous pouvez obtenir une quantité raisonnable d’eau souterraine.  Cette méthode peut être appliquée avec succès, bien que le trou doive être plus profond, dans les lits de rivières sèches, près des marécages ou des marais, ou dans les bas-fonds entre les dunes de sable.

mexican cenote, sinkhole

Ne buvez qu’après avoir fait passer l’eau par une sorte de processus de filtration.  Dans le scénario d’une situation côtière, l’eau peut avoir un goût salé – il suffit de se déplacer plus à l’intérieur des terres et de répéter le processus.  De simples puits comme ceux-ci peuvent nécessiter un étaiement pour empêcher les parois de s’effondrer et prévenir une contamination supplémentaire des sédiments.

Eau de pluie

hand of woman catching raindrops, closeup

Dans la plupart des régions, l’eau de pluie peut être recueillie et consommée sans danger.  Il peut se trouver dans les crevasses des rochers ou bien vous pouvez le ramasser vous-même s’il y a un risque de pluie.  Utilisez n’importe quel contenant ou boîte propre pour le ramasser. Si vous avez une feuille de plastique ou un poncho, attachez-la par les quatre coins au-dessus du sol, en permettant un certain affaissement.  L’eau s’accumulera alors au centre et sera plus facile à recueillir. Une pierre placée sur la feuille au centre ou à l’une de ses extrémités fournira un point où l’eau s’écoulera.

Rosée

Fresh morning dew

La rosée lourde peut facilement être recueillie en attachant un tissu (tel qu’un bandana) à vos chevilles et en marchant dans l’herbe humide avant que le soleil ne se lève.  Essorez le chiffon saturé directement dans un récipient, mais n’oubliez pas d’utiliser votre filtre à eau personnel (juste au cas où).

Eau distillée

Forest Fresh

Si vous êtes bloqué près de la côte ou sur une île en mer, l’océan lui-même peut fournir une source continue d’eau potable après qu’elle ait été condensée pour produire de l’eau pure et éliminer le sel. Si vous avez du feu, chauffez quelques roches et immergez-les dans un récipient métallique rempli d’eau de mer.

Répétez cette procédure jusqu’à ce que l’eau soit bouillante, ou au moins assez chaude pour produire une vapeur.  Couvrez le contenant avec une serviette ou un autre type de tissu. Lorsque le tissu est humide, on peut le tordre dans un contenant ou directement dans la bouche.

Glace et neige

winter space of snow

La glace, qu’elle provienne d’eau douce ou d’eau salée, peut être fondue et bue après avoir suivi les méthodes de filtration ou de vaporisation mentionnées ci-dessus. Résistez à la tentation de manger de la glace pendant qu’elle est congelée – cela abaissera la température du corps et accélérera la déshydratation.

Plantes

La nature nous fournit aussi quelques plantes qui peuvent soulager la soif.  Les fruits contiennent des jus qui peuvent être consommés ; en effet, toute plante ou racine dont le centre est humide ou pulpeux peut être broyée pour libérer du liquide.  Le bambou vert contient beaucoup d’eau.

cracked coconut with splash

En enlevant le dessus, en pliant et en tenant la tige de bambou vers le bas, vous recueillerez beaucoup d’eau lorsqu’elle s’égoutte de la tige.  Il doit être clair et sans odeur. Les tiges de bambou sèches peuvent aussi contenir de l’eau – il vaut la peine de vérifier.

Les noix de coco non mûres contiennent un liquide qui est fantastique pour étancher la soif, tandis que le lait de coco mûr doit être consommé avec modération car il contient un laxatif.

Les plantes de l’air contiennent de grandes quantités d’eau et de nombreuses variétés de vignes et de palmiers peuvent également s’avérer bénéfiques.  Vous devez connaître les variétés de cactus avant de les utiliser comme source de liquide – de nombreux types de cactus sont riches en acide oxalique qui peut avoir des effets secondaires très désagréables.

Rappelez-vous que lorsque vous recueillez l’eau directement de la végétation, elle peut être contaminée par des excréments ou des parasites.  Les faire bouillir ou filtrer à l’aide de votre Sawyer Mini les enlèvera.

Le processus naturel d’évaporation des feuilles ou du sol peut être converti pour être utilisé comme source d’eau et voici une méthode simple :

Creusez un trou dans le sol dans un endroit ensoleillé, placez un contenant ou une bouteille d’eau au centre du trou, puis recouvrez l’appareil d’une feuille de plastique.

Placez une pierre sur le dessus de la feuille, directement au-dessus de l’ouverture du contenant. Lorsque le soleil réchauffe le sol et que l’eau s’évapore, elle se condense sur la feuille de plastique, s’écoule vers le point le plus bas (la roche) et s’écoule dans le récipient de collecte.

L’ajout de feuilles vertes autour du contenant au fond du trou peut accélérer le processus, mais l’eau aura le goût de la végétation que vous aurez ajoutée.

Une autre option est de placer une pierre dans un sac en plastique et de l’attacher solidement autour d’un buisson ou d’une branche de feuilles.  Au fur et à mesure que l’eau des feuilles s’évapore, elle s’accumule dans le sac et s’écoule jusqu’au point le plus bas (où se trouve la roche).

Stockage de l’eau domestique

En cas de catastrophe naturelle, vous pourriez être confronté à une crise de l’eau potable dans votre propre maison. L’eau peut être siphonnée dans les réservoirs des toilettes ou recueillie dans votre piscine.  Les deux derniers devront être purifiés.

Ne consommez pas, quelles que soient les circonstances, d’eau salée, d’alcool, de sang, d’urine non distillée ou de jus de poisson.  Ne buvez pas de liquide s’il a un goût amer, s’il est collant ou trouble.

Urine (non recommandée)

La méthode de collecte de l’eau potable la plus évitée est peut-être celle de la condensation de l’urine humaine.  Cette méthode, bien que désagréable, adopte le principe de l’évaporation et pourrait vous sauver la vie. Voici comment procéder :

Prenez deux bouteilles en plastique de la même taille et urinez dans l’une d’elles.

Recueillez autant que possible. Prenez la deuxième bouteille et collez les deux bouteilles ensemble à l’embouchure afin qu’aucun liquide ne puisse s’échapper.

Posez doucement les bouteilles jointes horizontalement dans un trou peu profond creusé dans le sol, en vous assurant qu’aucun liquide ne coule de la première bouteille dans la seconde.

Couvrez la bouteille vide d’une couche de sable ou de saleté, en laissant l’autre exposée à la lumière du soleil. Laisser reposer les bouteilles aussi longtemps que possible, de préférence toute la nuit.

Soulevez doucement les bouteilles (en les maintenant horizontalement) et vous verrez que le côté  » propre  » contient une quantité raisonnable d’eau potable. Cette méthode a été adoptée dans l’entraînement militaire à la survie depuis de nombreuses années.

Maladies d’origine hydrique

Infected Water

Il est également utile de bien connaître les symptômes des maladies d’origine hydrique.  Les deux maladies les plus fréquentes contractées par l’eau sont la Giardiase et la Cryptosporidiose.

La Giardiase est causée par un parasite qui vit dans les intestins et qui est contracté par l’eau potable contaminée par des excréments humains ou animaux.  Les symptômes comprennent :

  • crampes d’estomac
  • diarrhée
  • des nausées.

La cryptosporidiose est également causée par une contamination par les selles et les symptômes sont très semblables à ceux mentionnés ci-dessus, mais plus graves.

Consultez un médecin le plus tôt possible si vous présentez ces symptômes.

Il existe de nombreuses et diverses façons de recueillir l’eau de la nature et certaines sont beaucoup plus faciles que vous ne le pensez.  C’est une bonne idée d’expérimenter certaines de ces méthodes avant d’aller camper ou même si vous avez de l’expérience en cas de catastrophe naturelle. N’est-ce pas mieux vaut prévenir que guérir ? Avez-vous déjà essayé l’une de ces méthodes ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *