Tailler le silex étape par étape

La taille des pierres à silex est la façon la plus ancienne et la plus primitive de fabriquer des outils. Les premières personnes à frapper à la hache sont vraiment des géants sur les épaules desquels nous nous appuyons. Il y a quelque chose de très satisfaisant à savoir que l’on peut marcher dans la nature sauvage sans rien du tout, ramasser un morceau de silex et un rocher lourd, et fabriquer son propre couteau, sans magasinage ni forgeage, directement avec les matériaux qu’on trouve autour de soi.

Male hand starts fire with magnesium fire steel, fire striker

Pourquoi apprendre à taillader ?

Sécurité

AVERTISSEMENT !

LE SILEX EST TRANCHANT ET LE TAILLADAGE PRODUIT DE LA POUSSIÈRE QUI PEUT CAUSER DES PROBLÈMES RESPIRATOIRES ET LA SILICOSE.

NE PAS TRAVAILLER LE SILEX SANS PROTECTION OCULAIRE ET UTILISER UN MASQUE OU UN ASPIRATEUR À L’INTÉRIEUR.

TOUTES LES ACTIVITÉS SONT ENTREPRISES AUX RISQUES ET PÉRILS DU LECTEUR.

Silex (et non silex)

Il est important de savoir dès le départ que le silex n’est pas le seul matériau pouvant être taillé. Le silex avec des impuretés importantes est appelé Chert et peut faire de belles pointes de flèches et de couteaux comme n’importe quelle autre pierre à tailler.

Root of dead tree at Fountain Paint Pot in Yellowstone National Park

En fait, n’importe quelle pierre peut être taillée, car n’importe quelle pierre peut être décomposée en petites pièces et utilisée comme outil simple, mais celles qui peuvent être taillées le mieux sont les roches conchoïdales. La géologie est intéressante mais pas très utile ici, essentiellement une roche est conchoïdale si elle se casse d’une certaine façon heurtée.

Pensez aux vagues et aux arcs dans les bords du verre brisé et vous comprendrez. C’est parce que le verre est conchoïdal, comme le silex, le chert, l’obsidienne et bien d’autres roches, et les tailleurs utilisent souvent le verre pour la pratique, surtout lorsqu’ils apprennent pour la première fois, car il est gratuit et facilement accessible. Dans une situation de survie, être capable de frapper des pointes de flèche et des couteaux à partir de bouteilles brisées peut même être plus approprié ou utile que le silex si vous êtes dans une zone urbaine.

En mettant de côté le verre, ce guide supposera que vous utilisez du silex (que l’on appellera parfois  » pierre  » ou  » pierre « ) parce que c’est le meilleur et le plus commun des matériaux de taille. Lors de la recherche et de la sélection du silex, jetez tous les rochers entiers sans renflements ni nodules, car il sera très difficile d’y accéder.

Une fois qu’un rocher approprié est trouvé, utilisez un marteau dur (pas un autre morceau de silex mais quelque chose de dur comme du granit) pour faire tomber un nodule de l’extérieur. Ceci devrait produire une fenêtre sur le silex à l’intérieur. Si la couleur est régulière (plus la couleur est riche et foncée, mieux c’est) et que vous ne pouvez pas voir de fissures ou de fissures évidentes qui pourraient indiquer des dégâts d’eau, alors vous êtes prêt à partir.

Le broyage du silex en plus petites pièces (appelé  » casernement « ) est une bonne idée pour le transport et le triage des paillettes pour différentes utilisations. Toutes les techniques décrites ci-dessous fonctionneront à plus grande échelle pour le casernement. Les meilleurs flocons coupés en quartiers sont plus gros qu’on ne le croit, ce qui laisse de la place pour que les choses tournent mal lors de la coupe et produisent quand même un outil convenable. N’oubliez jamais que tailler le silex est un exercice qui consiste à espérer que frapper deux pierres ensemble d’une façon spéciale fera d’une façon ou d’une autre un outil !

Outils du commerce

Pierres à marteaux

Les meilleurs marteaux sont fabriqués à partir de roches à grain moyen à grossier comme le granit ou le quartzite, arrondis et assez petits pour tenir confortablement dans votre main. Si possible, trouvez-en un comme sur la photo ci-dessous, avec une extrémité ronde et une extrémité légèrement aplatie où l’index peut aller. Les pierres quasi-sphériques sont difficiles à tenir et il est donc préférable d’empaqueter peu de punch, plus près de la forme de l’œuf est préférable.

Woodman holding an ax and make it sharper.

Vous devriez tenir la pierre à marteler avec votre pouce courbé autour de l’avant, votre index sur le dessus et les trois autres doigts la fixant par l’arrière (normalement, seul l’annulaire entre en contact avec la pierre, mais trouvez ce qui vous convient le mieux) :

Ce n’est pas la prise la plus naturelle (voir aussi ci-dessous : Comment ne pas le faire), mais tenir la pierre sans l’index sur le dessus réduira le contrôle et l’efficacité (parce que l’index l’empêche de rebondir sur le silex) :

C’est moins confortable à long terme parce qu’il réduit le choc dorsal dans la main si le silex ne se brise pas et si la pierre à marteler ne peut pas passer à travers.

Billets et marteaux doux

Tout outil de percussion et d’ajustage qui n’est pas fait de pierre est un marteau doux, car en comparaison, le bois et les bois de cervidés (les deux choix les plus courants) sont mous. Ce sont généralement de longues billettes en forme de bâton, faites pour l’élan et l’élan. L’extrémité doit être arrondie, mais pas trop large, sinon la précision sera difficile.

handwerk

Il est important d’avoir une variété de tailles pour différents travaux et d’expérimenter avec différents matériaux. Trouver un matériau suffisamment large est un défi (surtout si vous achetez, de bons bois de cervidés peuvent être très coûteux). Les feuillus seront meilleurs que les résineux, qui ont tendance à être peu pratiques.

Écailleuses et grignoteuses à pression

Il s’agit de petits outils aux extrémités pointues ou fendues, pour le façonnage fin des pointes de flèche, des pointes de lance et des bords de lame. Souvent composé d’une dent en bois de cervidés, un écailleur à pression a une extrémité pointue pour repousser les petits flocons des bords d’une plus grande pièce, en réduisant lentement la forme. Un grignoteur tire son nom d’une fente en forme de bouche à la fin, qui accomplit la même chose par effet de levier, en insérant le bord de l’œuvre dans la fente et en poussant sur l’autre extrémité pour éplucher les petits flocons.

Fabrication d’outils en silex

Il existe deux types d’outils qui peuvent être fabriqués à partir d’un noyau de pierre à fusil et de paillettes. Chaque fois qu’un petit morceau de silex est arraché d’un rocher plus gros, le plus petit morceau s’appelle un écaille et la plus grande partie est le noyau.

Les outils peuvent être fabriqués de deux façons : en réduisant la matière autour d’un noyau, en laissant le noyau en forme d’outil désiré (normalement des haches à main, des herminettes, des ciseaux, etc.), ou en utilisant les petits flocons qui se détachent des plus grands noyaux comme outils eux-mêmes, peut-être avec quelques petits flocons encore enlevés, pour affiner leur forme (les couteaux, pointes de flèche, pointes de lance et autres outils plus fins sont ainsi faits). Il s’agit respectivement d’outils de base et d’outils en paillettes. Évidemment, le maître tailleur minimisera le gaspillage en faisant les deux arts une seule fois : les flocons qui proviennent d’un grand noyau feront des outils, mais le noyau finira par devenir un outil en soi aussi.

C’est beaucoup plus facile à dire qu’à faire, cependant, et de nombreux tailleurs débutants se retrouvent à fabriquer des noyaux cylindriques rugueux, sans potentiel utile comme outils, et même les maîtres utilisent parfois simplement une roche pour enlever les petites lames si c’est ce dont ils ont besoin. Ne soyez pas découragé simplement parce que tout ne semble pas utile quand vous commencez à taillader.

Outils de base

Un outil de base est fabriqué en prenant un gros éclat de silex (une pièce qui a été brisée d’un rocher) et en le réduisant en une forme utile. Gardez à l’esprit que votre outil doit être aussi plat et fin que possible, tout en étant solide, de sorte que la meilleure façon d’approcher le fabricant est souvent comme un exercice de réduction de masse, qui produit heureusement un outil.

En se concentrant sur une extrémité un peu plus qu’une autre, on l’amincit et on obtient un outil en forme de coin, une hache. Les instructions ci-dessous concernent la fabrication d’une hache à main ou d’une tête d’axe, mais les techniques peuvent être appliquées à différentes formes pour différents usages.

Comment fabriquer une hache à main ou une tête de hache

Commencez par un gros flocon et un marteau. Reposez le travail contre votre cuisse/genou, du côté opposé à votre pierre martelée. L’incliner de façon à ce que le côté plat (ish) de l’œuvre (qui doit être le plus haut comme sur l’image) se trouve à environ 30° sous l’horizontale, à l’extérieur de votre cuisse.

Abaisser la pierre à marteau, près du bord de l’ouvrage, à un angle par rapport à la pierre. Le point où vous frappez doit être proche du bord, mais assez loin de celui-ci pour ne pas frapper un silex très fin, qui ne fera que se briser. Si les bords sont très minces, les poncer avec une meule rugueuse peut donner plus de résistance aux points de frappe (appelés’plates-formes’), ce qui conduit à des paillettes de meilleure qualité.

Ce premier coup de pinceau devrait faire tomber un flocon extérieur de la face inférieure de l’œuvre et si votre flocon original est recouvert d’une couche de cortex (le revêtement extérieur crayeux de silex), ce coup devrait en enlever une partie.

Sgubbe attrezzi falegnami intagliatori

Faites le tour du bord en réduisant continuellement les plus gros grumeaux que vous pouvez trouver, d’un grumeau. Remarquez comment le premier flocon aura laissé deux petits points au bord de l’endroit où le flocon s’est détaché (voir ci-dessous, bien que l’outil sur l’image ait été retourné pour faciliter le floconnage). Ce sont des plates-formes idéales pour les prochains flocons.

Lorsque l’outil commence à s’amincir et à prendre forme, regardez le silex et choisissez l’extrémité qui sera la pointe et celle qui sera la pointe. Vous devriez prendre des flocons en frappant par l’avant, et aussi retourner le travail et frapper de l’autre côté. C’est ce qu’on appelle le bifacing, et avec le temps, il va centrer le tranchant. C’est là que les têtes de haches et les haches à main divergent.

Pour une hache à main, enlevez plus de paillettes de la pointe. Cela l’amincit et le rend plus étroit par rapport à la fesse. Vous devriez également prendre moins de paillettes à l’extrémité du mégot et utiliser une combinaison d’abrasion et de coups directs à angle droit par rapport au silex pour arrondir les bords. L’image montre la fin.

Pour qu’une tête d’axe puisse être montée sur une poignée, vous devez essayer de faire en sorte que la pointe/la tête/l’arête de coupe soit large sur le talon. C’est parce que la tête est insérée dans la poignée par la pression, et la pression des coups pendant l’utilisation le maintient là. Ces frappes remettent la tête dans la poignée, et donc l’extrémité de la tête doit être plus large que le talon, ce qui fait qu’un coin ne s’adaptera pas complètement à l’ensemble de la poignée, la maintenant en place par la pression.

Pour cette raison, il est très important de polir/meuler les bords de la tête de la hache après l’écaillage. Trouver une meule grossière et meuler les bords non pas le bord coupant ou le talon, mais les côtés entre eux) aussi plats que possible. Si vous ne le faites pas, les arêtes vives couperont le manche aussi vite qu’elles coupent ce sur quoi vous utilisez la hache !

L’image ci-dessous montre une sélection de haches à main. De gauche à droite : réalisée comme pièce de démonstration par le professeur de l’auteur, les première et deuxième tentatives de l’auteur, et la pièce réalisée dans ce tutoriel.

Utilisation des outils de base

Les outils en silex ne se comportent pas comme des outils métalliques. C’est parce que le métal ne fend pas le grain de la même façon que le silex. C’est une bénédiction et une malédiction, cela signifie que le silex est facile à transformer en outils, mais cela signifie aussi que le levier contre le bord d’un outil en silex ne fera probablement que briser un éclat.

ciseaux bois

En règle générale, les outils en silex à bords tranchants doivent être utilisés en avant, de sorte que le bord de la lame doit être à l’opposé du mouvement de l’outil, et si possible perpendiculaire à la coupe. Par exemple, une hache en silex est toujours frappée à angle droit, directement sur le côté d’un arbre, ou à environ 45° dans du bois plus tendre.

Le raclage des bords est plus efficace contre le bord d’une pièce de travail que sur le côté (pensez à la façon dont il est plus facile de réduire les copeaux du coin ou du bord d’une pièce de bois que de creuser dans ses surfaces planes).

Outils en paillettes

Comme mentionné plus haut, les outils en paillettes sont ceux qui sont faits de paillettes plus petites, martelées à partir de plus gros morceaux de silex. Ils sont généralement plus fins à travailler et sont susceptibles de se fendre facilement au cours du processus de fabrication. Mais ça vaut le coup, il n’y a pas l’impression de chasser avec une flèche que vous avez fabriquée vous-même.

Utilisation des flocons de la première frappe

Les flocons de’première frappe’ sont ceux qui sont frappés directement sur un noyau plus large. Ils sont souvent aiguisés au rasoir, avec une grande variété de formes et sont généralement les meilleurs outils à utiliser pour les travaux de coupe fine ou de sculpture. Les paillettes plus minces aux arêtes vives sont les plus tranchantes, mais aussi les plus fragiles, et doivent être utilisées avec précaution, en poussant l’arête vive en avant de l’endroit où le paillette est maintenue.

Les paillettes plus épaisses peuvent avoir des bords raclants obliques. Ils sont utiles parce qu’ils sont plus difficiles à émousser et peuvent être utilisés sous n’importe quel angle, en enlevant facilement les gros copeaux pour façonner les bois de cervidés ou le bois.

Les paillettes pointues peuvent être utilisées pour percer des trous, en les tordant avec les doigts comme un foret fonctionne bien mais prend beaucoup de temps. Il est plus efficace de fabriquer un  » foret  » en paillettes sous pression et de le fixer à l’extrémité d’un bâton comme un foret à doigt.

Fabrication d’une tête de flèche

Tout d’abord, sélectionnez un blanc approprié. Tous les paillettes de silex ont une’ampoule à percussion’, une zone à peu près conique d’où provient la force qui les a rompues. Les bonnes ébauches sont légèrement bombées ou courbées d’un bout à l’autre ou d’un côté à l’autre, et ont leur ampoule à percussion à une extrémité, ce qui facilite la contournement de l’ampoule. Les flans idéaux ont déjà la forme approximative d’une pointe de flèche, et auront leur bulbe de percussion au fond (près de l’endroit où le manche devrait aller) de la pointe de flèche. L’image montre une sélection de bonnes ébauches.

Commencez par saisir l’œuvre avec les doigts de votre main non dominante enroulés pour presque former un poing, et le silex entre eux et votre paume :

Utilisez un outil d’écaillage sous pression pour écarter les petits éclats des bords de votre travail, en plaçant l’embout sur le silex, puis en appuyant fortement vers le bas pour casser un petit éclat. Ébauchez une forme de pointe de flèche, en veillant à garder la pointe aussi centrale que possible, la base raisonnablement large et le contour légèrement plus large que vous ne le souhaitez (car elle sera réduite à l’étape suivante). La deuxième photo montre qu’il s’est débité de l’écaillage sous pression, zoomé autant que possible.

Woman aiming with archery in the wood

Une fois que votre forme est déformée, retournez l’œuvre et commencez à s’écailler sur les côtés de la pointe de la flèche, aussi soigneusement et régulièrement que possible. Cela devrait produire un effet cannelé. Ceci fait, tournez le travail à nouveau et faites de même. C’est un bifaceur, tout comme avec un outil plus grand.

Enfin, vous pouvez ajouter une soie, des barbes ou une encoche pour fixer la tête à un manche. Commencez par pousser un seul flocon à l’endroit où vous voulez l’entailler. Ensuite, retournez la pièce et poussez deux flocons, l’un de chaque côté de l’espace laissé par le premier flocon. Retourner l’œuvre et enlever d’autres flocons de la même manière. Continuez jusqu’à ce que vous ayez une bonne entaille. Une soie est simplement deux très grandes encoches, une de chaque côté de la tête.

Fini ! Les pointes de lance et les poignards sont fabriqués par le même procédé, seulement plus grands, et les poignards ont tendance à avoir de très longues encoches pour être utilisés comme poignées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *