Tout ce que vous devez savoir sur les nœuds de survie

La survie peut facilement dépendre de la résistance d’un nœud. Un grimpeur, un marin, un plongeur avec une ligne de vie, tous vivent et meurent par leurs noeuds. Voici une liste des nœuds les plus utiles, et quelques trucs plus avancés qui vous seront utiles au fur et à mesure que vous progresserez dans votre entraînement de survie, et que vous fabriquerez votre propre équipement.

Avant d’aller ailleurs, oui, cette liste est plus longue que les autres sur Internet, et c’est intentionnel. Tout le monde sait qu’il est important d’avoir le bon outil pour le travail, et les connaissances ne pèsent pas lourd. Le vieil adage  » si vous ne pouvez pas faire un noeud, faites-en beaucoup  » est génial jusqu’à ce que vous ayez besoin d’un noeud qui vous sauvera la vie, mais que vous ne sachiez pas comment le faire.

L’anatomie d’une corde à nœud, comme tout le reste, a son propre jargon de spécialiste. Évidemment, ce n’est pas très utile dans certaines situations (comme lorsque vous êtes le seul à le comprendre), mais si vous parlez à quelqu’un qui connaît vraiment son métier (la plupart des marins et des grimpeurs), ça vaut vraiment le coup. L’image ci-dessus montre les composants d’un nœud et le jargon associé.

Note sur les matériaux

Il y a beaucoup de matériaux différents pour les nœuds. Avant toute chose, sachez que le terme  » corde  » est un terme qui désigne techniquement une matière première, avant qu’elle ne soit coupée, fouettée / scotchée ou qu’on ne lui donne un but. Ligne’ est le terme technique qui désigne ce que devient une corde une fois coupée ou mise en service.

 

Les cordes de différents matériaux et de différentes constructions ont des attributs différents. Les trois principaux types sont : Paracord est une corde de kernmantle (qui se compose d’un  » noyau  » solide, entouré d’une  » veste  » tressée, qui offre une bonne surface extérieure pour le ficelage). Tous ces éléments peuvent être appelés corde, corde ou ligne ou corde. Oui, c’est déroutant et ambigu.

Coudes

Un coude est un nœud qui sert à relier solidement les extrémités de deux bouts de corde. La différence tend à être dans quel type de ligne est joint à quoi, comme les différents matériaux et épaisseurs de ligne interagissent différemment.

Nœud plat (ou carré)

Le nœud plat (aussi appelé nœud carré) est un coude utilisé pour fixer solidement ensemble deux morceaux de corde de même diamètre et du même type. C’est un nœud très fort, mais aussi facile à défaire, et devrait être votre premier appel pour les lignes de jonction.

Cintrage de tôle (et double cintrage de tôle)

Le Sheet Bend (et sa variante, le Double Sheet Bend) est un pli utilisé pour joindre les extrémités de deux morceaux de ligne qui glisseraient hors de tout autre pli, parce qu’ils sont de types très différents. Par exemple, on l’utilise souvent dans la pêche, pour fixer une fine doublure ou un monofilament à une ligne plus lourde (bien qu’il soit montré ici avec une ligne d’épaisseur constante, pour des raisons de démonstration).

Le Double Sheet Bend en particulier est utile pour joindre des lignes où la force est de la plus haute importance, ou une ligne très mince à une ligne très épaisse, où même un triple ou quadruple (il suffit d’ajouter plus d’enveloppes pour chaque) courber mai être une bonne idée.

Carrick Bend

Le coude de carrick est avant tout un nœud de suspension, utilisé pour raccorder les lignes qui s’étendent verticalement. Cela signifie qu’il est souvent utilisé par les pêcheurs pour les lignes laissées dans l’eau pendant une longue période et pour la fabrication de filets.

Nœud du chirurgien

Le noeud du chirurgien est probablement le noeud le plus polyvalent de cette page. Il joint deux extrémités de ligne d’épaisseur similaire, simplement en nouant deux nœuds croisés.

Attelages

Les attaches sont des nœuds qui sont noués autour de quelque chose, un poteau, une colonne, une branche d’arbre, etc. Ils sont le plus souvent utilisés pour tenir une charge au poteau, comme un bateau à une borne, ou un cheval à un arbre. Ils ne doivent pas être confondus avec les moyens d’arrimage, qui maintiennent plusieurs poteaux/collants, etc. ensemble, bien que souvent la meilleure façon de fixer la ligne à l’un de ces poteaux pour commencer l’arrimage soit d’utiliser un moyen d’attache quelconque. En général, l’extrémité debout est attachée à la charge (probablement aussi avec une sorte d’attelage), puis l’extrémité de travail est attachée au poteau avec un attelage aussi.

Tour rond et deux demi-tours

C’est un nœud très fort. Facile à attacher, il peut être encore renforcé en ajoutant des demi-attaches supplémentaires à l’extrémité portante. L’inconvénient est qu’il faut (comparativement) beaucoup de temps pour attacher et détacher, et qu’il est assez encombrant une fois fait.

Attelage de clou de girofle

C’est le nœud idéal pour nouer autour d’un poteau, lorsque la ligne fait alors quelque chose d’autre à proximité. L’utilisation la plus courante est le lancement des moyens d’arrimage, comme vous le verrez dans cette section. L’attelage à clous de girofle peut être utilisé comme nœud de fixation, par exemple pour fixer un faisceau, mais n’est pas particulièrement solide pour cela. Un attelage en bois est probablement un meilleur choix dans ce cas. Il existe trois méthodes courantes pour attacher l’attelage de clou de girofle :

En utilisant l’extrémité de la ligne :

En utilisant deux boucles :

Avec deux demi-attaches :

Attelage en bois

Le grand avantage du Timber Hitch est qu’il ne reste solide que lorsqu’il est sous tension. Cela signifie que même après une utilisation intensive (pour le dragage, le gréement, etc.), il peut être facilement détaché. Ce nœud est surtout utile pour fixer des paquets de bois ou pour attacher à un poteau lorsque l’utilisation de la tension est appropriée à la tâche.

Bowline

Making a knot

Techniquement, il ne s’agit pas d’un contretemps, mais plutôt d’un nœud de type boucle. Je l’inclus avec les attelages parce qu’en termes pratiques, il est le plus souvent attaché autour d’un objet sur lequel il doit être fixé, de sorte qu’en pratique, il est utilisé comme un attelage.

Traditionnellement, le nom du nœud se prononce BO-Lin, bien que la prononciation correcte ne sera probablement jamais aller au-delà d’un désaccord sur un feu de camp. Le nœud est fantastiquement utile comme une boucle, parce qu’il gardera la même tension qu’il a été attaché avec, indépendamment de la façon dont il est tiré fort. En retirant le premier œillet de l’extrémité debout, vous briserez immédiatement le nœud, ce qui le rendra très facile à dénouer. Il est montré légèrement desserré ici, à cause de tous les nœuds ici, la ligne de proue est la plus difficile à nouer, comme on le sait.

Attelage de Highwayman (aussi appelé Attelage Sibérien)

Il est très important de savoir qu’il y a beaucoup de variations de ce nœud, je présente ici celle qui m’a été enseignée en premier (probablement parce que c’était la seule que mon chef scout connaissait). On l’appelle aussi l’attelage sibérien. Ce nœud aurait été inventé indépendamment par des cavaliers sibériens, qui avaient besoin d’un nœud qui pouvait être attaché et détaché rapidement pour attacher un cheval à une branche, sans enlever leurs mitaines.

Arrimages

Les moyens d’arrimage sont des nœuds qui sont utilisés pour fixer deux (ou plusieurs) poteaux/colonnes l’un à l’autre, dans différentes configurations. Ils sont parfaits pour des habiletés de camping un peu plus avancées. Par exemple, une bonne installation de cuisson peut être construite avec un bâton vert, équilibré dans les crocs de deux trépieds, l’un à chaque extrémité d’un long feu. Mieux encore, agrandissez et réchauffez l’une des extrémités du feu et disposez d’un système de cuisson gradué, composé de sept bâtonnets et de deux morceaux de ligne. Les moyens d’arrimage sont également intrinsèques à la construction de bons abris et bâtiments si vous envisagez de rester n’importe où à moyen ou long terme. Il n’y a que trois moyens d’arrimage dont vous aurez probablement besoin :

Arrimage carré (Aussi appelé l’arrimage diagonal, à ne pas confondre avec le nœud carré, un autre nom pour le nœud corallien)

L’arrimage carré sert à fixer deux objets en forme de tige (branches, canons de fusil, manches de couteau, etc.) l’un à l’autre à angle droit. Dans l’image (bien qu’il soit masqué par l’arrimage carré réel), j’ai utilisé un crochet à clous de girofle pour fixer la ligne à la tige inférieure, puis je suis passé au-dessus de la tige supérieure, sous la tige inférieure, etc. Les’frapping turns’ (les virages de serrage / serrage à la fin, avant d’attacher l’extrémité de travail) sont très importants et ne doivent pas être oubliés. Ils resserrent le nœud en maintenant tout à angle droit, ce qui est important si vous ne voulez pas que votre maison se renverse.

Arrimage du trépied

Cet arrimage est utilisé pour construire des trépieds. Encore une fois, bien que vous puissiez le voir mieux ici, j’ai utilisé un crochet à clous de girofle pour commencer l’arrimage. Une fois le nœud noué, ramassez l’extrémité non nouée de la tige centrale et tirez-la sur le nœud en tordant les lignes entre les tiges les unes autour des autres. Selon le degré de serrage de l’arrimage, il se peut que vous puissiez continuer à tordre pendant un tour complet, ou peut-être seulement la moitié. Quoi qu’il en soit, les deux tiges extérieures devraient se rencontrer au sommet, et les pieds des trois devraient être plus ou moins également espacés.

Arrimage par cisaillement

L’arrimage par cisaillement est utilisé pour fixer deux tiges (ou quelque chose à une tige) ensemble en ligne. Cela ne semble pas très utile au premier abord, jusqu’à ce que vous réfléchissiez à la façon dont vous allez attacher un fer de lance à sa poignée, ou à la façon dont vous allez fabriquer une perche droite de grande longueur. L’arrimage par cisaillement n’est pas particulièrement difficile et doit être fixé avec un clou de girofle ou un crochet en bois au début et à la fin.

Le seul danger est lorsque des matériaux lisses ou potentiellement glissants sont utilisés (par exemple, un paracord est utilisé pour attacher une lame brillante à un poteau lisse). Dans ce cas, c’est une bonne idée de fournir une meilleure surface de préhension pour l’arrimage, en rendant le bois rugueux à l’aide d’un couteau, ou en utilisant un fil plus rugueux, comme le chanvre. En règle générale, les matériaux plus naturels et plus secs ont tendance à être plus rugueux et plus  » adhérents « , mais aussi plus susceptibles d’irriter. D’autre part, les matériaux synthétiques sont généralement plus résistants que les matériaux naturels.

Autre

Ce sont les nœuds qui défient la classification (le poing du singe), ou qui ne sont pas vraiment des nœuds. Ce sont les nœuds qui, selon moi, devaient être inclus dans la liste, mais qui n’allaient pas vraiment ailleurs.

Fouettage simple (ou courant)

Le Fouettage Simple ou Commun est un bon moyen de terminer la fin des lignes pour les empêcher de s’effilocher, ou un substitut très rapide (mais pas aussi fort) pour l’arrimage au cisaillement, il est aussi excellent pour les poignées d’enroulement.

Figure de huit

Nautical rope knot. Figure eight knot isolated on white background.

Il s’agit d’un nœud très connu, qui mérite d’être mentionné en raison de sa grande utilité dans l’escalade. Attaché seul au milieu d’une ligne, c’est un noeud d’arrêt utile, noué sur une morsure, il forme une boucle qui ne fera que se renforcer lorsqu’il est tiré, ce qui le rend idéal pour l’escalade ou la descente en rappel.

Poing de singe

Il serait criminel de faire une liste de nœuds de survie sans inclure le Monkey Fist. Certes, il n’est pas particulièrement utile pour grand chose, mais il est satisfaisant à faire, et peut (s’il est attaché autour d’un poids décent comme un roulement à billes) faire un bon outil d’auto-défense quand il est balancé sur une longue ligne. Un autre bon usage est un poids de pêche s’il est attaché autour d’une pierre, ou un flotteur de fantaisie s’il est fait autour d’un morceau de liège ou de bois flottant.

Bracelets de survie

Les bracelets de survie à nouage (le tissage illustré, qui est le plus courant, est le tissage à noeud carré, ou point de cobra) sont superbes. Ils sont superbes, ils soutiennent souvent une bonne cause (Help for Heroes in the UK les vend). Mais il est important de se rendre compte qu’il existe une idée fausse répandue selon laquelle ils peuvent être démêlés en un instant, pour sauver des vies, c’est garanti.

Le premier problème avec ceci est que (à moins que le bracelet ne soit fait avec la méthode du Slatt[voir nœud suivant]), ils sont généralement très compliqués et longs à dénouer, et ne peuvent pas vraiment stocker autant de ligne, comparé à peut-être une ceinture de survie, ou simplement avoir une bobine de paracord dans votre sac (voir nœud précédent).

Le second est que le paracord (dont ils sont le plus souvent faits) est un cordon mince et glissant, pas particulièrement adapté pour sauver des vies. C’est certainement mieux que rien, mais un cordon alpin épais ou similaire est de loin préférable. Les bracelets de survie sont jolis et peuvent aussi inclure d’autres choses utiles (comme une clé de menotte dans un fermoir), mais ne pariez pas votre vie sur eux. Cela dit, voici une vidéo sur la façon de les faire :

La ceinture de survie Slatts est la réponse aux problèmes du bracelet de survie. Il s’effiloche en quelques secondes, peut stocker une grande quantité de lignes dans un format compact, et a l’air bien. Ma ceinture de survie (photo) a été faite avec 80 pieds de paracord, tissée dans une ceinture Slatt sur un fermoir qui contient une clé de menotte cachée. Cette configuration est idéale pour la survie urbaine, mais pour les engins de brousse, le fermoir pris dans quelque chose comme ça pourrait être préférable, avec une boussole et un cracheur de feu.

La ligne de bobinage pour la stocker est probablement la chose la plus importante que vous pouvez apprendre en ce moment. Le fait de pouvoir accéder rapidement à votre ligne vous facilite la vie si vous avez besoin d’y accéder en situation de survie. Il y a plusieurs façons de le faire, la plus simple étant d’utiliser un simple terreau et de l’envelopper :

Aller plus loin….

Cette liste vous donnera les bases importantes et quelques noeuds plus avancés, mais n’est en aucun cas exhaustive. Il y a le virage du pêcheur, les versions double et triple de beaucoup de ces nœuds, l’épissure, la jarret de mouton, l’attelage roulant, le fouet du voilier, les différents sinnets et tissages, la liste pourrait facilement s’allonger indéfiniment.

Si vous êtes intéressé, votre premier port d’escale devrait idéalement être un bon livre de nœuds. N’importe quel bien passé en revue est un bon début, mais pour l’information vraiment encyclopédique, le livre d’Ashley des noeuds connu sous le nom d’ABOK) est la seule manière d’aller. Il utilise un système de numéros de référence qui est couramment utilisé pour désigner les nœuds inhabituels, qui peuvent même ne pas porter de nom. Après cela, voici quelques blogs et sites web que je peux vous recommander à fond :

Animated Knots, un site web avec des instructions animées pour des centaines de nœuds, réparties par type et utilisation. Incroyablement utile et gratuit.

Stormdrane, un blog de noueurs vraiment génial, une excellente source d’inspiration et d’apprentissage notamment sur les nœuds décoratifs.

Frayed Knot Arts, le meilleur site web qui existe sur le’fantaisie’ complexe, le travail de nœud décoratif généralement composé de lignes très fines dans de nombreux nœuds complexes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *